Dans 2 jours 11 heures :

Vous êtes conviés au conseil municipal du 25/03/2019 à 20 heures !
Voir Ordre du jour

Président du SIAR : il suffit d'assumer ! Le job en or !

Nous confions nos vies à des gens qui n'ont pas l'air de se rendre compte ni de leurs reponsabilités, ni de leurs conséquences.

C'est vrai qu'à titre personnel, comme nombre de mes voisins, si je n'avais pas été sinistré à Ozoir, je n'aurais pas cherché et je serais parti du principe que nos élus, quand bien même on n'aurait pas voté pour eux, étaient des gens un minimum sérieux. On m'a appris qu'il y avait des contre-pouvoirs et j'y croyais.

Rappel des faits :

2016, 2017, 2018, trois inondations. Durant cette période nos élus s'acharneront à nous répéter que notre réseau d'assainissement est très bien. Ils n'évoqueront jamais de solution d'envergure, essentiellement de petites bidouilles par ci par là...

Suite à l'inondation de juin 2018, nous créons un collectif qui obtiendra enfin des documents (je rappelle que nos élus nous refusent l'accès au moindre document), dont une étude sur le projet de liaison inter-forêts que j'expliquerai en juillet dans un article accompagné de tous les documents que je publierai sur le site du collectif. Cela faisait donc un mois que j'avais ces documents lorsque j'écrirai cet article.

En septembre je réaliserai une vidéo présentant la situation, avec mes connaissances de l'époque, parce que j'avais constaté que malgré leurs maisons dévastées, nombre de mes voisins ne prennaient même pas le temps de lire et de compredre les articles...

A la réunion des sinistrés qui eut lieu quelques jours après la diffusion de cette vidéo, j'évoquerai ce point à un représentant de l'ONF enfin présent (parce qu'ils n'étaient à priori pas invité les autres années, les absents ayant toujours tort :  ils étaient des responsables tout désignés). Il me répondra que selon lui il y avait des soucis de conception... la réponse ne me satisfera pas mais je m'étonnerai surtout que ni Mr Oneto ni Mr Lazerme... ni personne de la mairie aient la moindre chose à dire à ce propos. Une fois que j'ai eu posé ma question à l'ONF, mes élus changeront de sujet... cela ne les concernait visiblement pas.

Et j'y penserai jusqu'en décembre... je vous laisse imaginer mes nuits pendant qu'ils "assument"... vous allez voir :

Car en décembre il y aura une réunion à laquelle les membres du collectif seront associés grâce à l'engagement de monsieur Fauvergue, notre député.

Obstiné, je reposerai la question aux mêmes employés de l'ONF.

Interpellé par la présentation de ce projet, le reponsable de la DDT également présent, souhaitera "en savoir plus". Une révolution pour moi ! Cela interessait enfin quelqu'un ! Il semble à ce jour que l'interet que ce monsieur a porté à cette question se confirme et que cela avance après que nous, citoyens auxquels on nous refuse les documents PUBLICS, lui ayons transmis les documents que nous avons réussi à obtenir par des canaux alternatifs... en l'espèce : l'association RENARD.

Et ma collègue du collectif demandera qui était "Maître d'oeuvre" sur ce projet. La réponse fût : Le SIAR.

Depuis quelques mois le SIAR s'appelle le SYMBAR et son président actuel est monsieur Lazerme (également premier adjoint au maire d'Ozoir). Bien que n'étant pas le président du SIAR en 2009 lors des travaux avortés de la liaison inter-forêts, bon prince, il acceptera d'assumer la responsabilité. Il dira qu'à l'époque effectivement il y avait eu un projet visant à "inonder les champs" et que, s'étant lui même rendu sur place (à priori recemment), il faudrait voir "à ne pas inonder le domaine Poirier" légèrement en contrebas.

Je lui dirai que c'était absolument faux, ce à quoi il ne pu répondre.

Parce que si entre ces deux réunions il avait lu le projet : il n'aurait pas pu affirmer cela ! Il a juste fait appel à sa mémoire, après avoir visiblement consenti à jeter un rapide coup d'oeil et il "assume", c'est suffisant.

Monsieur Oneto, lui, restera mutique sur la question.

En rentrant de la réunion, j'irai vérifier ce dont je me doutais : le président du SIAR à l'époque était monsieur Oneto, présent ... et mutique à chaque fois.

En ce jour de février cela fait donc plusieurs mois que je sais cela. Dimanche dernier je faisais une balade sur le site de cette liaison interforet et, de bonne humeur, je tournerai une vidéo publiée depuis sur facebook et visible en bas de cet article.

Je la commenterai en ces termes :

" Tu sais ce que ça veut dire ? Ça veut dire que le monsieur qui me dit depuis 3 ans et 3 inondations que mon quartier n'a pas problème d'assainissement... a été, il y a 10 ans, maître d'oeuvre d'un projet abandonné visant à améliorer un probleme d'assainissement dans mon quartier "

C'est effrayant.

Le 12 juin dernier, le monsieur qui "assume", passera chez moi alors que ma maison était à nouveau dévastée... il me dira "est-ce qu'on peut faire quelque chose ? [pour vous aider]..." ... et moi je répondrai "rien".

Si j'avais su j'aurais répondu : "votre boulot !!!!!".

Mais j'ajouterai, parce que j'étais jeune et profane, encore persuadé, qu'au fond, on avait affaire à des gens compétents qui méritaient de la compassion : "bon courage parce que se faire envoyer chier à toutes les portes ça ne doit pas être marrant"... il me répondra, lucide :

"C'est normal".

Pas de honte ? Pas de démission ? Tout va bien, on prend les indemnités et on dit "j'assume".

La vidéo publiée sur facebook

 

Partager

Commentaires (2)

  • Merci Sylvain pour cette nouvelle vidéo, tout aussi pertinente que les précédentes, et pour ce rappel d'une info que l'on trouvait déjà en grande partie dans Ricochets de septembre-octobre dernier (page 8: encadré "Le grand courage du syndicat intercommunal"). Mais tu fais bien de préciser que le président du SIAR de l'époque (un certain JF Oneto) était donc à ce titre le maître d'oeuvre (ou d'ouvrage?) de ce projet non réalisé d'évacuation du surplus des eaux du Bois Prieur.

    (Euh, une petite remarque sur la forme : l'emploi du futur pour évoquer des événements passés est un code un peu délicat à manier et peut s'avérer déroutant pour le lecteur ou l'auditeur )

    fév 18, 2019
  • Portrait de Sylvain Montausier

    Ah et bien tu vois, je n'avais pas su lire cet article de ricochet comme il faut ou le comprendre sinon j'aurais bondi ! Merci, oui effectivement je constate chez moi cet usage du futur pour parler du passé... je ne sais pas si je l'ai toujours fait mais autant j'aime bien l'effet autant j'ai moi même du mal à m'y retrouver. J'essayais de m'améliorer à l'avenir :)

    fév 18, 2019

Connexion utilisateur