Témoignage : Corruption et marchés publics

Il y a quelques semaines je réalisais une vidéo vue plus d'un million de fois traitant d'attribution de marché entre deux maires, dont le mien.

Cela n'a pas eu que des effets positifs ! Si j'ai été congratulé par le plus grand nombre, publié dans plusieurs journaux Le Parisien, Le Pays Briard, Ricochets, j'ai aussi été insulté sur internet... et pour finir : menacé.

D'un autre côté j'ai été mis en relation avec des gens parfois très intéressants qui avaient des choses à dire sur les appels d'offres en général, et je tenais à partager avec vous ce témoignage édifiant que j'ai été autorisé à publier à condition d'assurer la discretion de son auteur :

"Je peux vous assurer que seulement un petit nombre d’appels d’offres qu’ils soient publics ou privés sont réalisés de manière normale. La plupart du temps tout est déjà ficelé avant même publication.

Les appels d’offres sont comme des paradis fiscaux pour les maîtres d’ouvrages (clients). Il y a souvent de grandes contributions qui sont gentiment données aux décisionnaires des marchés. Si vous voyez ce que je veux dire..."

Si vous ne "voyez pas ce qu'il veut dire", il s'agit de corruption.

"La mairie mandate un bureau d’études, souvent une connaissance c’est toujours mieux. Le bureau d’étude servira de conseil technique quand même car certaines spécialités sont assez pointues. Le bureau d'étude met en place ses documents de consultation, puis ça sort sur la plateforme officielle ou en appels d’offres restreint.

Mais souvent les entreprises savent ce qui va sortir en appel d’offres. Par exemple certaines entreprises peuvent recevoir les documents de consultation avant même la diffusion de l’appel d'offres. Ça leur permet de prendre de l’avance.

Parfois les entreprises se connaissent entre elles et se laissent les marché qui ne les intéressent pas.  Ou il arrive qu’une seule entreprise réponde et demande des devis de couverture à ses amis."

Autrement dit : Un chantier vaut 1 million. Vous faites un devis gonflé à 1,5 millions, et vous demandez des devis de couverture à vos "concurrents", qui vont proposer 2 millions. Vous serez le moins cher et remporterez le marché ! Charge à vous de rendre la pareille à vos (pseudo) concurrents lors d'un prochain appel d'offres. Ceci financé par le contribuable qui, s'il vérifie les chiffres officiels, constatera avoir obtenu le meilleur prix ... alors qu'il a payé 50% trop cher.

"Tout est bidouillé dans le secteur des travaux. Il est tellement facile d’y mettre les prix que l’on souhaite.

Je suis moi-même confronté à ce type de méthodes. Lors de consultation, je rencontre les entreprises pour expliquer ce qui sera demandé, j’établis en amont tous les documents liés à la consultation. Je m’aperçois souvent malheureusement que c’est joué d’avance, les entreprises sont en relation étroite avec les donneurs d’ordres, et ça tue le marché de la concurrence.

Comment voulez-vous que je réagisse lorsqu’un élu m’explique que, de toutes façons, ce n’est pas son argent et que ses administrés lui font confiance Les travaux se réalisent quand-même, les habitants sont contents ...  Les gens ne cherchent pas plus loin. "

Cela suggère bien que le respect des critères, ne préjuge en rien de la sincérité d'un appel d'offres. Il le rend juste légal ... du moins en apparence.


On peut donner un crédit relatif à ce genre de témoignage anonyme. Vous trouverez ici une explication :

"Je ne peux pas  me permettre de l’ouvrir. Ce monde est assez fermé et mettre en avant ce genre de pratique serait un suicide professionnel. Je suis comme tout le monde, j’ai un crédit immobilier, des factures, des bouches à nourrir. Du coup je me la ferme en ayant le sentiment parfois de n’être qu’une couverture pour ces marchés. "

EDIT : Après la diffusion de cet article j'ai reçu des commentaires et messages en privé qui tendent à confirmer ce qui précède

Je peux te confirmer que tout ce que ton contributeur anonyme t'as dit est la stricte vérité, j'ai connu ce genre de malversation lorsque je bossais et dans une boîte de bâtiment (en trés trés bons termes avec le Conseil Général de [...] ) et dans mon dernier job, en bureau d'études techniques justement. Je ne peux pas le dire sur le groupe [publiquement], mais tout est exact.

je suis dans le milieu. Il y a une pratique courante pour faire bosser des locaux ou une entreprise spécifique. Il suffit de faire un marché tellement spécifique dans la demande que seul une entreprise se placera en tête. C'est une méthode sale pour utiliser des entreprises locales et favoriser un clientelisme d'emplois et par voie conséquence, des voix électorales.

Partager

Connexion utilisateur