Les sinistrés aussi ont de l'humour !

Vous connaissez la blague préférée des sinistrés d'Ozoir ?

En 2016 après que ma maison et des centaines d'autres aient baigné dans l'eau du 31 mai au 2 juin, je m'étais étonné de ne pas avoir vu le maire de ma ville...... même de loin... faire au moins semblant d'être concerné ! Je ne m'interessais pas le moins du monde à ce monsieur mais dans mon esprit c'était le genre de choses que faisait un maire... à ma décharge je ne connaissais pas encore celui d'Ozoir.

Il faut dire que son homologue de Nemours me donnait un bien bel exemple ce 1er juin 2016, les pieds dans l'eau, en direct sur France 3 :


(Voir la vidéo)

Ici, personne n'avait vu le nôtre ! D'après certains voisins il était en vacances en Corse - où il y aurait acquis un terrain avec l'aide d'un promoteur ce qui lui vaut une quadruple mise en examen aujourd'hui - et selon d'autres rumeurs, suite à une perquisition de la mairie par la brigade financière : le maire d'Ozoir aurait fini "en cellule". C'est spécial Ozoir quand on y réfléchit. Personnellement je m'en moquais un peu car j'étais désormais l'heureux possesseur d'une maison inondable et ravagée... mais cela avait quand même attisé ma curiosité.

Voici ce qu'on peut lire sur cet épisode dans le magazine Ricochets numéro 63 de 2016 :

Une chose est maintenant établie : à l’issue de la perquisition menée en mairie, J-F Oneto a disparu. Puis, après une absence allant du mercredi 25 mai au dimanche 5 juin à 18h (voir Ricochets n° 62), il réapparut étonnamment bronzé. Interrogé par ses proches, il prétendit avoir séjourné dans le sud de la France. Une explication peu crédible quand on sait qu’au même moment les habitants de certains quartiers d’Ozoir se retrouvaient seuls face à leurs habitations inondées suite aux pluies exceptionnelles observées en Seine-et-Marne.

Lorsque, quelques jours plus tard, je reçus le magazine municipal Ozoir Magazine 105, je pensais naïvement y trouver plusieurs pages traitant de cette catastrophe, évoquant les actions et les aides possibles... mais je n'y ai découvert qu'un micro-article, en 21eme page, qui illustrait l'inondation par une photo... du maire... sans la moindre goutte d'eau.

J'avais pris quelques notes à usage personnel qui en témoignent : 

PERSONNE n’a vu le Maire pendant près d’une semaine. Même si je doute qu’il nous ait aidé à déplacer nos meubles : notre situation ne méritait pas sa présence ?

Ironie de l'histoire ces notes continuaient ainsi :

Quoiqu’il en soit, un évenement de cette nature va recommencer ! Mais que ce soit en septembre prochain, en mars 2017 ou 2040, les problèmes qui ont été soulevés devront avoir été résolus ! Il en va de la responsabilité du Maire !

Je n'étais pas tombé loin... puisque la suivante eut lieu en août 2017 ... et nous ne l'avons toujours pas non plus... il n'y eut même pas de réunion publique organisée à la suite de cet évenement. J'imagine qu'en mairie on avait fini par se dire que nous étions habitués.

En 2018, même chose, deux jours dans l'eau... sans savoir où il était...

J'ai bien une photo de lui avenue de la Clairière au milieu d'habitants désespérés... mais il faut savoir qu'à cet endroit, pendant les inondations, il faut porter des cuissardes... or visiblement, ce jour là, des chaussures cirées suffisaient !

Concernant cette photo une anecdote dit qu'un sinistré lui aurait proposé de venir constater par les dégats chez lui... il aurait décliné.

Quelques jours après un collectif fut créé et se réunit le 12 juillet 2018, sur le parvis de la mairie.

A cette occasion, une fois la réunion terminée, j'ai profité de la présence de tous ces sinistrés pour leur demander si, ne serait-ce qu'une seule fois, lors d'une inondation, un seul d'entre eux avait pu voir le maire... même de loin ! Parce qu'après tout, je n'étais pas partout à la fois et je ne pouvais pas être certain que personne ne l'ai vu. La question était sincère mais...

Ils ont tous ri !

Comme si, à Ozoir, envisager la présence du maire lors d'une catastrophe naturelle touchant des centaines d'habitants ne pouvait être qu'une plaisanterie...

J'ai ri à mon tour le 26 septembre 2018 pendant la réunion publique qui fut organisée au sujet des inondations lorsque le maire expliqua qu'il avait géré l'inondation depuis, je cite, "la cellule de crise" ! 

C'était donc vrai : il était en cellule ! 

Partager

Connexion utilisateur