On ne manque ni d'idées, ni de pétrole !

Ce terrain acheté initialement par la ville d'Ozoir en 2001, prétendument pour y construire un EHPAD qui ne vit jamais le jour, fut finalement promis le 5 décembre 2018 à l'entreprise HOLCRIS pour qu'elle y construise des immeubles... Jean-François ONETO, maire d'Ozoir (LR), empêtré dans l'affaire France Pierre pour laquelle il est mis en examen pour prise illégale d'intérêts, corruption passive, recel d'abus de bien social, détournement de fonds publics, dont vous trouverez un édifiant article de Médiapart reproduit sur Arrozoir, ne connaissait-il pas les liens entre HOLCRIS et France Pierre au moment où il lui accorda sa préférence ?

En tout cas cela n'a pas échappé au journal Le Parisien qui titrait le lendemain "L’ombre de France Pierre plane sur la vente d’un terrain".

Est-ce parce que ces liens ont étés révélés que, quelques mois plus tard, le maire annonçait au conseil municipal que l'entreprise HOLCRIS avait fait valoir son droit de substitution au profit du promoteur NEXITY ? On peut se poser la question.

Profitant d'une modification du Plan Local d'Urbanisme, le maire augmenta largement le droit à construire sur cette parcelle, provoquant la crainte que la promesse, orale, de n'y construire "que" 200 logements ne soit pas tenue. L'acquéreur ayant toute liberté de construire dans la limite de ce droit.

Une inquiétude qui s'avèrera fondée car, quelques semaines plus tard, un document produit par NEXITY fut publié sur le site de la Direction régionale et interdépartementale de l'Environnement et de l'Énergie... et présentait non pas 200 mais 259 logements !

Alertés par un groupe de citoyens dont j'étais, le maire, en campagne pour sa réélection, ira trouver les voisins du projet pour leur promettre qu'ils n'en auraient pas plus de 200... en contradiction avec le plan présenté par le promoteur.

NEXITY présenta alors un autre projet plus modeste, en accord avec la promesse du maire. Les voisins, qui n'ont pas d'autre choix que de croire en la parole de NEXITY et du maire d'Ozoir, accepteront l'idée de voir ce projet de 200 logements pousser en face de leurs maisons.

Malgré ses mises en examen, avec le soutien affiché de madame PECRESSE, Jean-François ONETO fut réélu d'une courte majorité... puis l'entreprise NEXITY fit valoir à son tour son droit de substitution au profit de OZOIR CHEVALIER, une Société Civile de Construction-Vente créée pour l'occasion, détenue à 65% par NEXITY LOGEMENT et 35% par la toute jeune société ALTANA PROMOTION.

Compte tenu de ce que je viens de vous narrer, il nous fallait savoir qui se cachait derrière cette nouvelle entreprise ALTANA PROMOTION. Après avoir obtenu les statuts de l'entreprise, j'ai découvert avec étonnement que la société JLB CONSEILS, présidée par l'ancien ministre de l'écologie Jean-Louis BORLOO, en possédait plus de 5%.

Que vient faire cette société de "conseils" dans le capital de ce projet ? Monsieur BORLOO serait devenu, de fait, promoteur immobilier d'un projet à vocation partiellement sociale, était chargé par Emmanuel Macron en 2017 d’une mission sur la politique de la ville et s'exprimait encore le 30 septembre 2021 au congrès de l'Union Sociale de l'Habitat tel que le titre La Gazette des Communes : "Jean-Louis Borloo appelle les élus et les bailleurs à rédiger un projet commun".

Alors, quand en décembre 2021, la société décida de rompre la promesse de 200 logements pour ajouter les 50 dont on avait juré quelques mois plus tôt, qu'ô grand jamais, ils ne verraient le jour, les riverains sont naturellement montés au créneau tel que le rapporte le journal Le Parisien : "Ozoir-la-Ferrière : les riverains du terrain Diversey en colère contre le maire et ses 253 logements"

Les riverains s'interrogent : N'auraient-ils pas été sciemment dupés pour favoriser le candidat Jean-François ONETO ?

Mais comme si cette histoire ne devait jamais en finir, le 31 décembre, un habitant me contacta pour m'informer que, sur le chantier de cet étonnant promoteur, se dégageait une forte odeur de pétrole et que les fossés étaient pleins d'un liquide couleur rouge vif.

Le lendemain, j'y allais pour faire ce même constat. Des centaines de mètres cubes de liquide rouge étaient étalés sur le chantier. Intuitivement je me dis qu'une ancienne cuve de fioul enterrée sur cet ancien site industriel s'était vidée.

Le 3 janvier, constatant qu'aucune action n'était menée, que le chantier était à l'abandon et que cette pollution majeure s'infiltrait dans le sol, j'avertissais la préfecture, la DRIEAT, l'Agence Française de la Biodiversité et naturellement la mairie d'Ozoir.

Fidèle a la tradition, seule la mairie ne m'a pas répondu. Il faut dire que le maire d'Ozoir, l'homme le plus présumé innocent de France, me pointe du doigt publiquement comme étant "le mal" incarné (vidéo ici), de quoi déduire qu'il ne me porte aucune estime... Considérant le personnage : est-ce bien grave ?

L'Agence Nationale de la Biodiversité a dépêché immédiatement un agent qui a rencontré un employé du chantier. L'agent me confirma qu'une ancienne cuve de fioul enterrée s'était répandue sur le site, mais il semblait toutefois rassuré sur le fait que des actions soient immédiatement menées...

Ce n'est pourtant que deux jours plus tard qu'interviennent les pompiers pour empêcher le pétrole de partir dans le réseau d'eau pluviale qui se déverse dans le Ru de la Ménagerie, de son côté le promoteur fait pomper le reste de la cuve de fioul enterrée. Voir l'article du Parisien

Une semaine plus tard, quand les pompiers reviennent pour retirer les bouchons, ils constatent que le site est toujours dans le même état .... et laissent donc leur équipement en place.

Voilà donc plus de deux semaines que, sur ce chantier, sur lequel la terre a été creusée près de la nappe phréatique affleurante (cf Cas par Cas), s'infiltre du pétrole, suscitant l'inquiétude des voisins.

J'ai évidemment relancé la mairie.... silence radio.

Voilà pourquoi cette semaine j'ai envoyé un courrier à l'entreprise JLB CONSEIL du sympathique monsieur BORLOO, fondateur de "Génération Ecologie", pour lui demander ce qu'il vient faire dans cette histoire.

Et il a eu la politisse de me répondre : Il m'indique s'être retiré d'ALTANA PROMOTIONS en juin dernier, n'avoir jamais émi aucune facture et n'avoir aucun contact avec les chers élus d'Ozoir !

Me voilà rassuré en ce qui le concerne.

Pour le reste, le fioul, les riverains dupés malheureusement c'est bien concret.

 

Partager

Connexion utilisateur