Faut pas se moquer de nous !

Il y a encore peu de temps, comme beaucoup de mes concitoyens, je ne m'intéressais à la politique locale que par le prisme des décorations de Noël et de l'état des routes... ou de ma feuille d'impôts.

Je fais partie des centaines de personnes qui ont été sinistrées lors des inondations de 2016. Mes voisins ont immédiatement cherché un "coupable", j'étais moins dans cette démarche. Je n'avais pas d'éléments allant dans le sens d'une responsabilité, je suis pragmatique, scientifique... alors les intuitions des uns et des autres me laissent de marbre, déjà que les miennes... J'avais cependant été troublé par la façon dont l'événement avait été géré par la ville, la communication lacunaire à notre égard, l'absence du Maire et l'article narrant avec fierté la "gestion de la crise" dans le Ozoir Magazine suivant.

Lors de l'inondation de 2017, j'ai commencé à me questionner sérieusement en découvrant des failles dans les discours, il faut dire qu'avant je ne cherchais pas particulièrement, je n'avais pas envisagé que l'on puisse mentir à des victimes... J'étais jeune l'an dernier, cela doit être pour ça. Je n'ai pas cherché car j'ai été accaparé une année encore à me battre avec les assurances, mon travail, et naturellement les travaux pour rendre à ma famille son habitation. Néanmoins j'avais encore une fois été troublé par certains paradoxes car nous étions, bien malgré nous, les témoins d'un peu d'Histoire de la ville, nous avions déjà pratiqué les réunions publiques, nous ne les avions pas oublié... et quelque chose ne collait pas.

Quand il y eut l'inondation de 2018, un collectif s'est créé, et nous avons commencé à rencontrer des gens de la société civile, à obtenir des documents par divers réseaux, par croiser les informations que chacun possédait et à nous rendre compte que les discours auxquels nous avions voulu croire depuis deux ans, étaient un immonde, un ignoble jeu politique qui se fiche bien de la morale, de la dignité, et de la loi.

C'en était trop pour moi... je n'allais pas recommencer à retaper ma maison inlassablement, je l'ai donc laissé en l'état et me suis impliqué, comme tant d'autres, dans le collectif, à la recherche de la vérité. Brute. Pourquoi suis-je inondé ? Y a t-il des explications ? Les explications que l'on me donne sont elles vraies ? Sont-elles les seules ? Y a t-il des responsables ? Des solutions ? Les solutions récemment proposées par la commune sont elles réalistes, adaptées... ou est-ce juste une illusion payée avec nos impôts pour qu'on se calme jusqu'aux prochaines élections ?

Les documents sont durs à obtenir car la commune entrave nos recherches, refuse de nous communiquer des documents publics, mais malgré tout, nous avons mis en évidence que l'on pouvait traiter ses administrés, fussent-ils des victimes, fussent-ils en danger : comme insignifiants... Mais avec le sourire aux lèvres !

Ce site est donc le prolongement naturel de cette prise de conscience citoyenne. Nous cherchons à comprendre, savoir, ce qui se passe dans notre ville et à le montrer. Parce que la gestion qui a été faite des inondations... nous découvrons hélas qu'elle se transpose dans d'autres domaines.

Il est logique que nous rencontrions des hommes politiques de tout bords, mais notre initiative ne parle pas et ne parlera pas de politique. Chacun a son point de vue et il y a des gens biens partout ... il parraît.

Localisation: 

Partager

Commentaires (1)

Connexion utilisateur